Category: Storie

Histoires de coopération – Cooperer aux Liban pour garantir l’emploi en Italie

Internationaliser signifie former un réseau. Et pour quelqu’un comme moi, qui a grandi à pain et coopération sur les collines de la région d’Emilia Romagna, partager les connaissances et le savoir-faire avec les pays en développement ne peut que être naturel».     
Giuseppe Salomoni, n’est pas un missionnaire ou un bénévole d’une ONG, mais est présidente de la Cooperative de Contruccion des Apennins (CEA) qui, seulement en Italie, emploie 356 personnes et a un chiffre d’affaires annuel de 50 millions d’euros, environ soixante-dix membres et une operativité le long de la péninsule entière, du Tyrol à la Sicile.     
Le CEA au Liban est allé (ex)porter le modèle coopératif italien. « Cela signifie deux choses: d’abord, nous sommes une coopérative, mais nous rentrons à ce que l’on appelle le secteur sans but lucratif, donc si nous allons à l’étranger, nous voulons faire des affaires. Mais étant coopérateurs, nous ne croyons pas au profit avant tout. Nous apportons la radicalisation au territoire, typique de nos coopératives de production de travail. Et cela nous caractérise dans un marché mondial très compétitif “.     
Le projet a débuté au Liban visant à la reconstruction et la renforcement du système hydrique et de collection des eaux usées dans la région de Byblos, au nord du pays. Le travail, financé par la Coopération italienne pour le développement – MAECI pour un montant total de 30 millions d’euros, sera achevé en deux ans et bénéficiera à plus de 50 mille personnes vivant dans la région.
“Nous offrons une assistance à la start-up et donnons vie à petites coopératives locales pour qu’elles puissent grandir et se consacrer ensuite à l’entretien des oeuvres. Nous, les coopérateurs, avons un important savoir-faire technique, nous le partageons en créant de nouveaux coopérateurs qui peuvent se développer à leur tour “.     
Et c’est précisément la raison d’être de la nouvelle loi italienne sur la coopération au développement: promouvoir l’échange de techniques et créer des synergies entre le secteur à but lucratif et les ONG.     
“Nous exportons la valeur coopérative, en donnant vie aux coopératives locales, en nous radicalisant sur le territoire. Nous essayons de développer l’endroit où nous allons, mais sans abandonner le marché italien. Dans une période de crise comme celle que nous vivons, notamment dans notre secteur, l’internationalisation – notre activité au Liban – nous garantit un chiffre d’affaires qui nous permet de maintenir l’emploi de nos membres italiens. Si cela n’est pas de la coopération “.    
Que diriez-vous au président d’une coopérative qui, comme la vôtre, a un haut niveau de spécialisation et de savoir-faire technique que vous pourriez partager avec des populations qui ne les connaissent pas encore sur des marchés en pleine croissance? Comment le convaincriez-vous d’explorer de nouvelles cultures et de nouveaux marchés?     
«Je lui dirais de redécouvrir l’esprit de coopération originel, ce que j’appelle la folie de la coopération: toujours jeter le cœur au-delà de l’obstacle. Car alors, avec les bons partenariats, la tête, le torse et les jambes suivront le cœur et le corps se retrouvera de l’autre côté “. Cette folie, en somme, qui n’est autre qu’une légère poussée pour donner le vol au courage.

L’histoire de Dolcetto, l’ananas biologique du Togo

Il y a 1.300 jeunes agriculteurs, dont un tiers de femmes, qui cultivent environ 500 hectares d’ananas biologiques au Togo. Tout le monde ne possède pas plus d’un demi-hectare de terre, mais ensemble, ils ont réussi à se rendre dans les supermarchés italiens et à garantir un travail décent dans leur pays. Comme, comment? Par la création d’une entreprise coopérative qui leur a permis de s’organiser et de faire face aux marchés avec plus de force.
Coopermondo travaille au Togo depuis 2012, en créant et en renforçant des sociétés coopératives et, avec le Crédit Coopératif, en accordant des prêts pour l’agriculture. Parmi celles-ci se trouve la coopérative Tsevié, formalisée grâce à l’assistance technique de Coopermondo. En tant qu’ONG du système Confcooperative, Coopermondo a impliqué Agrintesa et Brio, les deux sociétés coopératives liées à la distribution de produits agricoles biologiques. Un technicien de les deux entrprises italiennes a accompagné l’ONG dans une mission pour visiter les champs d’ananas. Et une fois sur le terrain, il a trouvé quelque chose d’inattendu: un nouveau produit jamais vu sur les marchés italiens. Un ananas différent de celui auquel nous sommes habitués en Italie. Cultivé de manière totalement biologique, le nez de l’entrepreneur a senti le potentiel du produit, qui a été testé et est maintenant commercialisé dans les grands supermarchés italiens.
Les ananas sont payés aux agriculteurs au prix maximum qu’ils obtiendraient sur les marchés locaux.
En avril 2017, l’expérimentation a commencé et les consommateurs italiens ont apprécié le nouveau produit. Coopermondo a accompagné les agriculteurs dans l’amélioration de la logistique pour l’exportation. Agrintesa a fait don de nouvelles balances et de nouveaux fonds pour la coopérative togolaise afin d’améliorer les emballages. Au premier trimestre de 2018, plus d’une tonne des importations continues d’ananas bio est prévue.
“Ça signifie créer une chaîne d’approvisionnement respectueuse, honnête, transparente et durable qui génère du bien-être pour les citoyens de leurs pays d’origine”, a déclaré le directeur de Coopermondo, Danilo Salerno. “C’est un moyen concret de faire la nouvelle coopération demandée par le gouvernement, l’Agence italienne pour la coopération au développement, le ministère des Affaires étrangères: relier les entreprises, les producteurs, les ONG, les gouvernements des pays et la société droit civil dans les pays”.